En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

A la Une

Bolando

Par administrateur 2, publié le dimanche 11 février 2018 17:37 - Mis à jour le samedi 17 février 2018 15:47
bolando.jpg
Pour aller plus loin

Depuis 2009, la compagnie Acétés travaille autour des écritures contemporaines francophones porteuses d’une parole forte et engagée. Pour cette nouvelle création, un « western électro africain », elle entame un compagnonnage avec l’écrivain togolais Gustave Akakpo. Au départ de cette commande d’écriture, le projet pharaonique de « boucle ferroviaire » reliant Abidjan à Cotonou et Lomé en passant par Ouagadougou et Niamey qui a été « confié » à l’industriel français Vincent Bolloré.

« Il était une fois, dans le Vieux sud-ouest, un chemin de fer qui reliait deux pays. Clinquant à ses débuts, le temps, la mauvaise gestion, la corruption, les plans d’ajustement structurel, l’ont laminé. À son chevet, un sauveur se présente. Il s’appelle Bolando, Roi des gitans, il pèse plus lourd que le PIB annuel des états du Vieux sud-ouest. Sa méthode,  » Plutôt du commando que de l’armée régulière  » admet-il. On ne passe pas beaucoup de temps à discuter. On agit. We try, we fail, we fix , disent les Américains. On essaie, on rate, on répare. On aime ça, comme les bancs de poissons qui bougent et se déforment au fur et à mesure. » – Gustave Akakpo
 

Les coulisses de Bolando, roi des gitans (Cie Acétés)

Pour en savoir plus sur le "train Bolloré" :
La bataille du rail Africain, sur le site de Libération
La conquête de l'Ouest (de l'Afrique), un reportage multimédia sur le site du Monde
"Notre méthode, c'est plutôt du commando que de l'armée régulière", un entretien avec Vincent Bolloré
Une tribune de l'écrivain Eugène Ebodé
 

Ligne Cotonou-Abidjan : il était une fois dans l'Ouest africain (France 24)
 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe