En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Le CDI en ligne

La nuit du chasseur de Charles Laughton (1955)

Par JANE CAYREL, publié le vendredi 23 juin 2017 10:43 - Mis à jour le vendredi 23 juin 2017 14:57


Synopsis :
Ohio, 1930. C'est la Crise, la famine sévit. Ben Harper a volé pour nourrir sa famille. Avant d'être arrêté et condamné à mort, il confie à son fils John le secret de la cachette du butin qu'il a eu le temps de dissimuler. En prison, Ben partage sa cellule avec Harry Powell... Plus tard, celui-ci - faux pasteur, psychopate et criminel tout de noir vêtu - s'introduit dans la famille Harper, bien décidé à récupérer l'argent.

Documents d'accompagnement à télécharger à droite de votre écran.
Une étude critique sur le site DVDClassik
Des analyses de séquences sur le site Transmettre le cinéma
Lecture analytique à la manière d'un conte sur le site Litterae


"Tout a été dit sur ce film  unique, inclassable, mythique, qui brille de l’éclat du diamant noir (comme son ouverture) au firmament des salles obscures où se terrent nos plus délicieuses frayeurs. On ne peut que rappeler son étrange poésie, à la fois sombre et lumineuse qu’on a dit  » crépusculaire  » et qui est plus encore, nocturne et lunaire ; baignant dans les éclairages contrastés d’une froide lumière qui sculpte des décors aux arêtes gothiques (ceux de la chambre nuptiale où Powell assassine, quasi rituellement, Willa) et des ombres énigmatiques, fugaces, terrifiantes (celles de ce chasseur de la nuit qui semble  » ne jamais dormir « , comme le dit le petit John). Parcours initiatique bercé de chansons et de comptines pleines de significations secrètes où les voix du bien et du mal s’affrontent, comme l’amour et la haine tatouées sur les mains d’étrangleur de l’ogre Powell. Une atmosphère d’onirisme mystérieux, rêve ou cauchemar éveillé, traverse de part en part ce conte moderne en forme de thriller. Mais c’est aussi une belle fable, une parabole lucide où se rencontrent l’enfance et la vieillesse, partageant la même fragilité et la même force de résistance. Celles d’une grand mère Courage et d’une nichée d’enfants perdus, tous orphelins de ce monde  » cruel aux plus faibles  » qu’ils recréent sur un îlot au bout de la rivière d’argent. Le film s’offre comme un immense réservoir à métaphores dont le décryptage déploie un recueil infini de lectures." France Demarcy
 


 
Pièces jointes